Biographie

zoubeir-turki-frame
Né en 1924 et ayant vécu mon enfance à la Médina de Tunis, cette période a fait naître en moi une âme d’artiste qui s’est construite à travers les centaines de visages, de scènes, de gestuelles que je pouvais contempler dans les rues et les maisons de la Médina.

1924 - 1952

J’ai suivi mes études à la prestigieuse école de la Zitouna puis à l’Institut des hautes études et à l’Ecole des Beaux-Arts de Tunis pour intégrer par la suite une école française afin d’enseigner la langue arabe, emploi qui fut de courte durée suite à ma participation aux activités du Néo-Destour en janvier 1952.

1953 - 1959

Suite à cela, en 1953, je suis parti en Suède, là où j’ai rejoint l’Académie des beaux-arts de Stockholm afin de perfectionner mon art et là où j’ai aussi réalisé plusieurs expositions avant de retourner six ans plus tard (en 1959) dans mon pays.

1959 - 1965

Mon retour en Tunisie fût marqué par une période d’intense activité artistique. En effet, j’ai collaboré à plusieurs journaux et périodiques qui m’ont permis d’acquérir très vite une grande popularité et j’ai également réalisé l’illustration de plusieurs ouvrages tels que le célèbre ouvrage de cuisine : Omek Sanefa.

Il s’ensuit de cela l’édition de mon premier livre de dessin: Tunis naguère et aujourd’hui en 1967 et la réalisation des décorations murales de Monastir et de Sfax, de la grande fresque du salon de la radio Télévision Tunisienne et de nombreuses expositions de groupe en Tunisie, en Europe et aux Etats Unis.

1966 - 1979

Devenu un animateur très actif de la vie artistique en soutenant des jeunes peintres, des compagnies théâtrales, des écrivains et des cinéastes, j’ai de ce fait participé avec la décoration théâtrale et la conception des costumes de la pièce de théâtre « Mourad III » en 1966 auprès de mes amis Ali Ben Ayed et Habib Boularès.

Par ailleurs, j’ai occupé pendant longtemps une place privilégiée dans l’administration publique des arts et de la culture en tant que haut responsable du ministère de la Culture, député et conseiller municipal.

Fondateur également de l’Union nationale des arts plastiques de Tunisie dans laquelle je fût président jusqu’à mon départ volontaire et un des fondateurs du Centre d’art vivant du Belvédère à Tunis, j’ai tenu aussi le poste de président de l’Union maghrébine des arts plastiques.

« Portraitiste du peuple tunisien », comme m’a qualifié, à juste titre, Frédéric Mitterrand et représentant de la culture de mon pays comme m’en a décrit d’autres, mes œuvres acquièrent une grande renommée telles que la statue d’Ibn Khaldoun à Tunis (1978) ainsi que les monuments nationaux de la Goulette et de Ksar Helal.

Durant cette période, j’ai aussi entamé la construction de mon musée personnel dans lequel j’ai exposé mes œuvres.

1982 - 2009

Cette époque fût soulignée par la réalisation de plusieurs expositions dont deux dans la galerie Gorgi, une dans la galerie Ammar Farhat et une autre notamment dans le Palais Kheireddine en l’an 2000, cette dernière fût accompagné par l’édition du livre Musée de la ville de Tunis, Palais Kheïreddine, 12 décembre 2000-10 février 2001.

J’ai également reçu le prix présidentiel de la création maghrébine et j’ai continué jusqu’à 2009 à exposer ma collection dans mon propre musée.

zoubeir-turki-musee
Zoubeir Turki devant son musée - 1969
zoubeir-turki-maison
La maison de Zoubeir Turki
Zoubeir Turki et la statue d'Ibn khaldoun - 1978
Mitys Solutions © 2020. All Rights Reserved